Les Citoyens de la Forêt

Les citoyens de la forêt

 Gérard Noiriel

Théâtre citoyen jeune-public

 

 

L’histoire que je vais vous raconter aujourd’hui s’est passée il y a très, très longtemps,

dans la forêt du roi Lion. Vous vous souvenez peut-être que le roi Lion s’appelait Mufasa et son fils Simba. Quand Simba arriva à l’âge adulte, il devint roi à son tour. Vingt ans plus tard, après la mort de Simba, son fils le remplaça sur le trône. Comme il s’appelait lui aussi Mufasa, il prit le nom de Mufasa II. Depuis toujours, dans cette forêt, quand le roi Lion mourait, son fils lui succédait. Les filles du roi Lion ne pouvaient pas devenir reines.

Mufasa II avait installé son palais dans une clairière qu’on appelait la clairière royale. Il y habitait avec ses cousins : le jaguar, le léopard, le tigre et la panthère. Tous faisaient partie de la grande famille des félins, les nobles de la forêt. On les reconnaissait parce qu’ils avaient de longues griffes très pointues et des dents acérées avec des crocs qui leur permettaient de dévorer leurs proies. Les félins étaient carnivores. Ils se nourrissaient uniquement de viande. Chaque jour, le jaguar, le léopard, le tigre et la panthère partaient à la chasse et ramenaient leur gibier au roi Lion, dans la clairière royale. A la cour de Musafa II vivaient aussi Wolf, le loup et Renaud, le renard. Ils ne faisaient pas partie de la famille des félins, mais ils étaient eux aussi des carnivores. Wolf était le chef de la police et Renaud était l’avocat du roi Lion. Quand le roi voulait s’adresser à ses sujets, c’est le renard qui parlait à sa place.

La plupart des autres animaux de la forêt étaient des herbivores. Les félins se moquaient d’eux : « Ah, ah, ah ! Regardez ces mangeurs d’herbe, comme ils sont laids, comme ils sont maladroits, comme ils sont peureux. Dès qu’ils nous voient, il se sauvent en courant ». Les félins se croyaient supérieurs à tous les autres animaux de la forêt parce qu’ils étaient les plus forts.

Pourtant, à l’époque de Simba, les carnivores et les herbivores s’entendaient bien. Les félins respectaient les petits animaux et ils allaient chasser leur proie dans la savane. Mais après la mort de Simba, un mal terrible s’abattit sur la forêt. En quelques années, on vit les rivières se tarir, les plantes se dessécher, les savanes se transformer en déserts. Les animaux croyaient que ce malheur était une malédiction lancée par leur dieu pour punir ceux qui lui avaient désobéi. Mais en réalité, les responsables c’étaient les hommes qui vivaient dans les grandes villes, loin de la forêt du roi Lion. La pollution avait provoqué le réchauffement de la planète. Comme les félins ne trouvaient plus rien à manger dans la savane, ils commencèrent à chasser les petits animaux de la forêt. La vie devint de plus en plus difficile pour eux. Non seulement, ils avaient du mal à se nourrir parce que l’herbe était devenue rare, mais en plus ils craignaient d’être dévorés par les félins dès qu’ils sortaient de leur abri.

Le petit peuple de la forêt pleurait, se lamentait, se désespérait. « Arrêtez de vous plaindre ! » leur dit un jour Jeannot, le lapin. « Il faut que nous réfléchissions tous ensemble pour trouver une solution à nos problèmes. Je vous invite demain soir dans mon terrier ». Le lendemain, dès la fin de l’après-midi, tous les amis de Jeannot se retrouvèrent chez lui. Béli-Bêla le mouton, était là. Founette, la fouine, était venue elle aussi, tout comme Ouisti, le ouistiti argenté. Même Hippo avait écourté sa sieste pour ne pas manquer le rendez-vous et Fanfan l’avait accompagné. Hippo, vous vous en doutiez je suppose, c’était l’hippopotame. Et savez-vous qui était Fanfan ? L’éléphant ? Oui. Enfin, pour être plus précis, je dirais que Fanfan c’était madame éléphant. Comment appelle-t-on la femelle de l’éléphant ? Vous savez vous ? J’ai envie de l’appeler « l’éléphante » ? C’est un mot qui n’existe pas, mais on a le droit d’inventer des mots, non ? Alors on va dire que Fanfan était l’éléphante dans notre histoire.

« J’aurais bien aimé vous inviter chez moi pour boire un jus de carotte, dit Jeannot, mais c’est trop petit. Surtout pour toi Hippo ». Tout le monde rit en imaginant Hippo avec ses grosses fesses essayant d’entrer dans le terrier de Jeannot lapin. « Mais ce n’est pas grave » ajouta Jeannot. « Nous allons bavarder dehors. J’ai demandé aux lucioles de nous donner un peu de lumière. Chers amis, je vous ai réunis ce soir pour vous annoncer une bonne nouvelle. J’ai rencontré Renaud, le renard. Il m’a dit que notre bon roi Musafa II était d’accord pour nous recevoir et écouter nos doléances. Il réunira tous ses sujets dans la clairière royale lors la prochaine nuit de pleine lune ».

Huit nuits plus tard, les animaux de la forêt arrivèrent dans la clairière royale. Jeannot les avait prévenus. Pour que tout le monde puisse voir le roi, il fallait que les grands s’assoient derrière et les petits devant. Fanfan était déjà là, avec son petit Bimbo. Elle s’était installée au dernier rang, à côté de Jojo le gorille, et de Hippo. Alignés en cercle, juste devant le roi Lion et sa cour, Founette la fouine, Mitsy la souris et Bulette la belette étaient assises bien sagement.

Le Roi Lion trônait au centre de la clairière. Les autres félins étaient campés sur leurs pattes de derrière en demi-cercle, autour de lui. Lorsque le petit peuple de la forêt eut fini de s’installer, les félins se mirent à bailler tous ensemble en ouvrant tout grand leur gueule pour montrer leurs énormes crocs de carnassiers. Founette, Mitsy et Bulette poussèrent un petit cri d’horreur car elles croyaient que les fauves allaient les dévorer. « Ne craignez rien mesdemoiselles, nous ne sommes pas des sauvages » dit Renaud avec un petit sourire moqueur. « Sa majesté a eu l’extrême bonté de vous réunir ce soir pour écouter vos doléances. Qui veut commencer ? » ....

 

Pour connaître la suite, vous pouvez contacter l'administration au 01.49.59.93.69 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.